Nouvelles et événements

Audi: Précurseur dans la course de véhicules électriques

Audi se retire du championnat du monde au profit de la Formule E

Audi R18

Audi, qui a triomphé treize fois aux 24 Heures du Mans, a annoncé mercredi qu’il se retirait du championnat du monde d’Endurance pour se concentrer l’an prochain sur la Formule Electrique (Formule E).

« Nous disputerons la course du futur en électrique », a déclaré le président du conseil d’administration d’Audi, Rupert Stadler, cité dans un communiqué du constructeur d’Ingolstadt (sud).

Alors que le championnat de Formule E a débuté début octobre à Hong Kong, M. Stadler a annoncé mercredi matin le retrait de la marque bavaroise aux 300 employés du département « sport », précise le communiqué.

« Si nos véhicules de série deviennent de plus en plus électriques, alors les voitures de sports automobiles Audi doivent devenir à plus forte raison les fers de lance technologiques » de ce changement, a-t-il justifié.

Audi met fin à sa présence en championnat du monde d’Endurance et ne participera donc plus aux 24 Heures du Mans, où il s’est imposé à treize reprises entre 2000 et 2014.

Audi a déjà un pied en Formule E où il est partenaire de l’écurie Abt au sein de laquelle courent l’ancien pilote de F1 brésilien Lucas di Grassi.

« L’entrée (dans le championnat) de Formule E débute déjà en 2017. Il est considéré comme recélant un grand potentiel (…), c’est pourquoi Audi intensifie dans la saison en cours 2016-2017 son partenariat déjà existant avec Abt », précise Audi dans son communiqué.

« En vue d’un engagement complet, le constructeur se lance désormais de façon active dans le développement technique », ajoute le communiqué.

Le texte a été modifié de la source: http://www.rds.ca/courses/formule-e/endurance-audi-se-retire-du-championnat-du-monde-au-profit-de-la-formule-e-1.3600219

Audi TT RS 2018 : puissance 5

CIRCUITO DE JARAMA, Espagne – C’est le son qui fait que l’on devient accro… Le son rauque, presque staccato, du moteur cinq cylindres turbo du coupé TT RS à pleine charge sur le circuit de Jarama est une drogue dure, rien de moins.

Cette sonorité évocatrice du cinq cylindres en ligne s’explique par l’ordre d’allumage dont la séquence est 1-2-4-5-3, signifiant que l’explosion se produit en alternance entre des cylindres adjacents l’un à l’autre et d’autres qui sont éloignés l’un de l’autre. Cette séquence particulière dicte un tempo singulier à ce moteur de 2,5 litres, et c’est ce qui lui donne cette signature vocale aussi typée.

Un moteur plus léger et plus puissant
Ce cinq cylindres en ligne d’Audi a remporté le prix de « Moteur international de l’année » au cours des sept dernières années dans la catégorie des moteurs de 2,0 à 2,5 litres. Pour cette deuxième génération de la TT RS, les ingénieurs de la marque l’ont complètement revu pour le doter d’un bloc entièrement en aluminium, permettant ainsi de l’alléger de 26 kilos par rapport au moteur du modèle précédent.

Avant de prendre le circuit, j’ai fait l’essai du système de départ-canon de la TT RS qui permet d’abattre le 0-100 kilomètres/heure en 3,7 secondes, avec une poussée très soutenue, chiffrée à 1,2 G sur le compteur qui apparaît à l’écran en mode Dynamic. On est en plein dans le giron des voitures exotiques de haut calibre, ici… En freinage maximum, au bout de la ligne droite, la décélération massive s’est soldée par un score de 1,3 G.

394 chevaux et un couple de 354 livres-pied
Sur le circuit de Jarama, composé principalement de virages serrés et de longues lignes droites, le moteur de l’Audi TT RS 2018 s’exprime avec une très belle linéarité, le couple maximal de 354 livres-pied étant disponible et constant de 1 700 tours/minute à 5 850 tours/minute.

Comme la voiture ne pèse que 1 440 kilos, son comportement est très incisif en entrée de virage, grâce à une direction plus rapide et une garde au sol abaissée par rapport à la TTS. Aussi, en mode Dynamic, le rouage intégral livre plus de couple aux roues arrière en sortie de courbe, ce qui fait que la TT RS se comporte un peu plus comme une propulsion lorsque le moteur est à pleine charge du point de corde au point de sortie d’un virage.

Le coupé TT RS est très stable, même dans les virages rapides, et les réactions de la voiture sont toujours très prévisibles, ce qui met le conducteur en confiance. La TT RS n’est cependant pas aussi vivante ou excitante à la limite sur piste qu’une auto sport de type propulsion, mais elle demeure hautement qualifiée pour la conduite dans cet environnement très particulier. Voilà pour le circuit, qu’en est-il sur la route?

Un comportement paramétrable
Grâce aux suspensions magnétorhéologiques, le comportement routier du coupé TT RS est paramétrable et le mode Confort permet de bien absorber les inégalités de la route et aussi de sentir le transfert des masses en virage en conduite plus relaxe. Cela étant dit, je me dois de préciser que la qualité du revêtement des routes sur lesquelles j’ai roulé était particulièrement bonne, et ce sera peut-être autre chose chez nous concernant le confort…

Côté look, l’Audi TT RS 2018 se démarque par sa calandre Singleframe en nid d’abeille tridimensionnelle avec logo « quattro » à sa base. Un aileron arrière fixe surplombe le coffre et les embouts peints en noir indiquent la présence de l’échappement sport. Le cockpit virtuel Audi est toujours là et l’habitacle ressemble beaucoup à celui des autres modèles de la gamme, mais les sièges RS Sport à motif diamant permettent au coupé TT RS de se démarquer.

Comme la TT RS ne sera disponible qu’à l’été 2017, en tant que modèle 2018, la direction de la marque n’était pas en mesure de préciser son prix à l’occasion de son lancement européen. Le prix de départ du modèle actuel de la TTS étant de 62 700 $, parions que celui de la TT RS avoisinera probablement les 75 000 $. Si cela s’avère juste, la version la plus performante de la TT sera une rivale à la fois plus rapide et moins chère que la Porsche 718 Cayman S. On ajoute à cela le rouage intégral qui permet d’assurer une grande stabilité lorsque les conditions météo se dégradent et l’on obtient une auto sport très bien adaptée à notre climat…

Source: http://www.guideautoweb.com/articles/40230/[exclusif]-audi-tt-rs-2018-puissance-5/

Audi R8 Spyder 2017 : plus rapide, plus légère et plus dynamique

COSTA BRAVA (Espagne) – Comme le titre l’indique, voilà le parfait résumé pour cette deuxième génération de la R8 Spyder. Le nouveau patron d’Audi Sport était fier de nous la présenter. D’ailleurs, il était là également pour nous faire part de son nouveau rôle au sein du groupe, soit établir la base d’une division unique en soi, et le nom de cette entité est Audi Sport. Cette portion d’Audi AG rassemble les modèles R et RS. La R8 est d’ailleurs partie prenante de cette section.

Nous avons eu droit à la version coupée de deuxième génération l’an dernier. Maintenant place à la version décapotable pour le millésime 2017. Elle reprend la même allure redéfinie du coupé R8, mais doit subir quelques transformations structurelles afin de compenser l’absence du toit rigide. Par rapport à la première génération, cette Spyder se veut plus large de 36 mm. Pour les intéressés, le coffre profite de cette augmentation, son volume de charge passant de 100 à 112 litres.

Moins lourde
La Audi R8 Spyder 2017 affiche un poids réduit de 25 kg tandis que sa structure est plus rigide à hauteur de 55%. Ces simples améliorations lui permettent d’abaisser le 0-100 km/h de 0,2 seconde. D’entrée de jeu, cette cuvée de la R8 Spyder porte des innovations notables. Entre autres, son toit souple peut s’ouvrir ou se refermer en moins de 20 secondes, et cette opération peut s’effectuer jusqu’à une vitesse de 50 km/h.

Notez que l’ensemble toit souple inscrit un poids total de 44 kg seulement. Une fois qu’il est abaissé, les turbulences peuvent être réduites au maximum par l’installation d’un filet derrière les dossiers de siège. Autre bonne nouvelle, une fois le toit monté, la lunette arrière peut être abaissée. Question de rafraîchir l’habitacle!

Au chapitre de la structure, cette R8 profite d’un châssis aluminium-fibre de carbone. Les principaux éléments de la cage sont renforcés au niveau de l’assise et des montants du pare-brise. Au final, cette version de la R8 affiche un poids de 1 720 kg. Plus de 79,6% de l’ensemble est faite d’aluminium. Les méthodes de conception et de fabrications des ingénieurs ont permis de réduire le poids de chacune des composantes de 10%. De plus, la rigidité en torsion du châssis est améliorée de 50%. Le résultat est étonnamment efficace.

En conduite sportive, cette R8 cabriolet est un véritable délice. Malgré son toit souple, l’on ne perd absolument rien au chapitre de la dynamique. Elle colle au sol et adopte une conduite des plus précises. Et quelle sonorité que ce V10! Au démarrage, cette R8 annonce ses couleurs. Par surcroît, vous pouvez amplifier l’effet sonore grâce au petit bouton monté au volant. C’est alors que vos voisins sur la route découvriront le potentiel de votre Audi.

Le chant du V10
Plusieurs rumeurs circulaient quant au retour du V8 dans la R8. Oubliez ça! La version cabriolet porte le même V10 que le coupé. D’une cylindrée de 5,2 litres, il libère une puissance de 540 chevaux dans une mélodie envoûtante. Le 0-100 km/h s’effectue en moins de 3,6 secondes. C’est 15 chevaux de plus que la première génération. Ce V10 amélioré profite également d’une diminution de sa consommation à hauteur de 10%. L’application de désactivation des cylindres et le système arrêt/redémarrage permettent d’atteindre cet objectif. Le constructeur annonce une consommation moyenne de 11,7 l/100 km.

Couplé à une boîte automatique double embrayage à sept rapports, c’est un véritable plaisir de conduire cette R8 en mode manuel grâce aux palettes montées derrière le volant. Cependant, vous pourrez jouir des mêmes conditions en choisissant le mode de conduite appelé Performance. C’est sous cette application que votre Audi R8 Spyder 2017 effectuera le même travail qu’en mode manuel. La boîte de vitesses va passer les rapports et rétrograder à un rythme d’enfer.

Habitacle soigné
Une fois installé dans l’habitacle, le coup d’œil est digne de mention. Le dessin du tableau de bord style cockpit offre un effet des plus réussis. Grâce au tableau virtuel, toutes les données de la voiture se regroupent sous vos yeux sans perdre les principaux cadrans comme l’odomètre et le tachymètre. La qualité des matériaux demeure irréprochable tout comme l’exécution de l’ensemble.

Les sièges offrent un maintien maximum et un confort digne de mention pour une voiture de cette catégorie. La chaîne audio Bang & Olufsen est de série. Afin de bien profiter de son efficacité, de petites enceintes acoustiques sont installées dans les appuie-têtes. Même la capote abaissée, vous pourrez savourer pleinement votre musique préférée.

Cette déclinaison de la nouvelle R8 sera proposée chez les concessionnaires de la marque dès le printemps prochain. Puisque cette R8 Spyder est millésimée 2017, son prix devrait s’approcher des 195 000 $ selon les dires de nos hôtes. Et c’est sans compter les options. Toutefois, elle demeure une auto exotique des plus intéressantes. Indémodable et performante, cette Audi est devenue une véritable icône de l’industrie.

Source: http://www.guideautoweb.com/articles/40508/audi-r8-spyder-2017-plus-rapide-plus-legere-et-plus-dynamique/